Verrouillage:

Le verrouillage lombaire se définit comme le maintien volontaire de la position intermédiaire.

On entend par verrouillage segmentaire le contrôle parfait de l'immobilisation volontaire d'un segment rachidien, tant au cours de positions statiques du tronc que lorsque celui-ci est activement mobilisé dans l'espace grâce en particulier à l'action des membres inférieurs. A cette notion d'immobilisation, il faut immédiatement en ajouter une autre, précisant qu'elle se situe en position intermédiaire, c'est à dire loin des positions extrêmes.

Cette position ne doit être contraignante ni pour le rachis ni pour les muscles. C'est une position d'équilibre naturel (fig 14). La position intermédiaire dépend de la souplesse rachidienne et de la capacité musculaire à tenir une position. Tout déficit d'un de ces deux éléments peut empêcher la réalisation de cette position, empêcher le verrouillage lombaire. Une antéversion du bassin crée une lordose lombaire (fig 4) et une rétroversion entraîne une cyphose.

PHYSIOLOGIE ; Ainsi défini, le verrouillage ne pouvant se faire passivement par tension ligamentaire, c'est essentiellement grâce à des méthodes actives qu'il peut être réalisé. Ceci justifie la notion de " corset musculaire " employée par certains auteurs. L'immobilisation des joints intervertébraux peut se faire grâce à la contraction simultanée de l'ensemble des muscles de la " gerbe antérieure " et de la " gerbe postérieure ". Cependant deux notions viennent nuancer fortement le principe d'une contraction globale des muscles du tronc.

A- le mouvement harmonieux doit s'effectuer dans l'aisance avec un effort minimum. Les sportifs connaissent bien l'efficacité du " geste décontracté ".

B- dans cette optique, nous verrons l'importance de la dissociation de certaines synergies entre le mouvement du rachis et ceux des omoplates ou des hanches ; le plus usuel étant la cyphose dorsale et l'abduction des omoplates, l'extension de la hanche et la lordose lombaire etc.

C- enfin, rappelons que certains petits muscles spinaux profonds (en particulier le transversaire épineux ou multifidus) ont la fonction de placer et de maintenir le rachis verrouillé en position anatomique. Leur entraînement systématique permet de contribuer au verrouillage statique. Il s'agit d'un compromis entre la position de moindre contrainte sur les structures rachidiennes et la position d'absorption maximale de contraintes et qui tient compte de l'effort musculaire nécessaire à son maintien.

Docteur Olivier Troisier: Sémiologie et traitement des algies discales et vertébrales.

Certaines activités de la vie quotidienne ne permettent pas cependant d'utiliser le verrouillage lombaire. Nous allons définir les règles d'utilisation du rachis. Lors du mouvement, il y a deux facteurs qui augmentent les contraintes sur les différents tissus qui peuvent créer des lésions et donc être responsables des lombalgies : LA VITESSE et LA CHARGE.

En présence d'un des deux facteurs, il faudra appliquer la technique du verrouillage lombaire, dans les autres cas on pourra demeurer en position déverrouillée.

Il existe une autre situation à risque lors de positions extrêmes prolongées dans le temps ; la station assise et les positions de repos réclament la position intermédiaire au bout d'un moment (ex : ne plus tenir en place sur son siège).